Un suicide ou une tentative de suicide crée toujours une onde de choc. Celle-ci s’étend souvent au-delà de la famille et des amis proches. Les milieux de vie fréquentés par une personne posant un tel geste sont aussi susceptibles d’être affectés. Ainsi, l’entreprise, l’école, le centre d’hébergement, l’équipe sportive ou l’organisme communautaire peuvent eux aussi en ressentir les effets négatifs. Il peut s’agir d’un effet multiplicateur, du développement d’un stress post-traumatique ou d’un deuil compliqué. Quand elle est mise en place rapidement après l’événement, une mesure de postvention peut amoindrir ces effets potentiellement dommageables. Le Centre de prévention du suicide de Lanaudière (CPSL) offre des services de postvention destinés à divers milieux de vie.


Postvention d’urgence

Les heures qui suivent un suicide ou une tentative de suicide sont parfois déterminantes dans le deuil et le rétablissement des personnes de l’entourage. C’est pourquoi les milieux de vie qui vivent une telle situation de crise peuvent bénéficier d’une postvention d’urgence. Le contenu de cette postvention varie selon les besoins exprimés et permet de réduire les effets négatifs de la crise.

Pour faciliter l’intervention rapide auprès des personnes endeuillées par suicide, le CPSL conclut chaque année des ententes de partenariat avec ces services de police :

  • Service de police de la Ville de Repentigny
  • Service de police de la Ville de Terrebonne
  • Service de police de la Ville de L’Assomption
  • Sûreté du Québec

Étant souvent les premiers répondants déplacés sur les lieux d’un suicide, les policiers et les enquêteurs peuvent, lorsque les proches présents le souhaitent, recueillir les coordonnées de ceux-ci pour les transmettre au CPSL. Ainsi, les endeuillés peuvent bénéficier, dans un très court délai, du soutien d’un intervenant spécialisé.


Soutien à l’implantation d’un programme de postvention

Plusieurs organisations qui ont eu à appliquer des mesures d’urgence à la suite d’un suicide ou d’une tentative de suicide ont ensuite pris la décision d’implanter un programme de postvention. À l’image d’un plan d’évacuation, celui-ci n’est pas utilisé tous les jours, mais demeure essentiel pour assurer la sécurité du milieu. Il permet ainsi d’être prêt à agir tôt pour limiter les conséquences fâcheuses sur la vie de l’organisation et des individus qui s’y trouvent.

Les milieux de vie qui le souhaitent peuvent demander l’aide des intervenants du CPSL pour implanter ou mettre à jour un programme de postvention. Ce programme propose une démarche leur permettant d’offrir le meilleur soutien possible aux gens qui les fréquentent lors d’un suicide ou d’une tentative de suicide. Le fait d’implanter un tel programme avant qu’une situation dramatique ne survienne permet de réagir rapidement et, donc, d’amoindrir les effets néfastes de la crise. L’aide apportée par le CPSL diffère selon les milieux et leurs besoins.

Pour parler avec un de nos intervenants, accéder à ces services ou obtenir plus d’information, joignez-nous en tout temps au 1 866 APPELLE, la ligne d’intervention téléphonique.